Les années folles (1920-1929)

Description

Intercalée entre la fin de la Grande Guerre et la grande crise de 1929, cette période sera surtout présente à Paris dans les milieux intellectuels et artistiques. Après la fin du conflit, à côté de ceux qui restent dans la peine, le deuil, une génération nouvelle retrouve le goût de vivre et proclame « Plus jamais ça ! ». Elle s’ouvre à de nouvelles griseries sur fond de musique. Le jazz fait son apparition, mais également le charleston. De nouvelles revues comme la « Revue nègre » animée par Joséphine Baker rencontrent un franc succès. Laradio, lessports, les premiers appareils électroménagers apparaissent, le tout, sur fond de croissance économique.

C’est aussi le développement d’un individualisme déchaîné et extravagant. André Gide et Marcel Proust donnent le ton littéraire de cette tendance. L’art déco apparait avec ses épures précieuses. A Paris, Montmartre et Montparnasse deviennent le noyau d'un renouveau culturel et artistique majeur.
Les écrivains américains de la « Génération perdue », notamment Scott Fitzgerald, Henry Miller et Ernest Hemingway, y côtoient les exilés qui ont fui les dictatures méditerranéennes et balkaniques. Il y a enfin les peintres qui forment ce que l'on appellera par la suite «l'École de Paris» et qui regroupent entre autres le Lituanien Soutine, l'Italien Modigliani et le Russe Chagall.

Cela, sans oublier, L'avant-garde surréaliste qui occupe pendant les années 1920 le devant de la scène culturelle en apportant de nouvelles formes d'expression à la poésie, à la peinture, à la sculpture, voire à la cinématographie.

Cette période connaîtra une forte vague d’immigration, près de trois millions de personnes entre 1920 et 1930, pour combler notamment les pertes de la Grande Guerre.

Paris devient la ville la plus cosmopolite de la planète et la capitale de l’art contemporain.

La crise de 1929 et le krach boursier de Wall Street, qui se répercuta sur l'Europe toute entière, viendront clore cette période d’insouciance. Parallèlement à cette culture des élites, s'affirme dans le même temps à Paris, une culture au travers d'artistes comme Maurice Chevalier ou encore la meneuse de revues Mistinguett. Les « Années folles » se caractérisent par une volonté de paix intérieure et une société qui veut profiter au maximum de la vie, tant qu'elle le peut encore, les années à venir étant incertaines.
 

Détail
Thème
Histoire
Conférencier
Marc-Alphonse FORGET
Prix
Gratuit pour les adhérents
Prix (non adhérents)
0 € (la conférence est donc ouverte aux non adhérents)
Date de la session
12/01/2020 14h30
Lieu de la session
Musée des Beaux-Arts
Durée
01h30
Nombre de place
110