Le clan Mikhalkov : culture et pouvoirs en Russie (1917-2017) - VISIOCONFÉRENCE

Description

Malgré leurs noms imprononçables pour de nombreux Français, les Mikhalkov-Kontchalovski constituent sans doute la plus célèbre dynastie dans la culture russo-soviétique au cours des huit ou neuf dernières décennies : tout le monde les connaît, non seulement en Russie, mais aussi dans l’ex-Union soviétique.

Le père, Sergueï Mikhalkov, a écrit des pièces et des poèmes que tous les enfants soviétiques connaissaient par cœur. Surtout, il a rédigé les paroles des trois dernières versions de l’hymne national : l’hymne stalinien, l’hymne brejnévien, puis, en 2000, l’hymne poutinien. Les fils, Nikita Mikhalkov et Andreï Kontchalovski, sont deux cinéastes très connus, primés aux festivals de Cannes, de Venise et même à Hollywood. Et c’est sans parler du grand-père et de l’arrière-grand-père, peintres, dont les tableaux sont dans les meilleurs musées de Russie, et de la mère, écrivaine, traductrice du français et, un temps, mariée à un agent secret en mission aux États-Unis. La famille semble d’ailleurs avoir eu, au fil du temps, d’excellentes relations avec les services secrets soviétiques.

Plus généralement, les Mikhalkov sont connus en Russie pour avoir entretenu les meilleurs rapports qui soient avec pratiquement tous les dirigeants politiques du pays, de Staline à Poutine, ce qui entraîne des interrogations sur la nature et la réalité des changements politiques dans ce pays : lorsque le pouvoir change, les relations de cette famille avec lui demeurent excellentes. S’adapte-t-elle ou le pouvoir reste-t-il le même, au-delà des apparences ? Dès lors, raconter l’histoire de ce clan au cours du dernier siècle implique aussi d’exposer l’histoire politique et sociale de la Russie, soviétique et postsoviétique.

D’autant que, lorsque Sergueï Mikhalkov est mort en 2009, à quatre-vingt-seize ans, de nombreux Russes ont déclaré, non seulement que cet écrivain était l’homme le plus célèbre d’URSS, mais aussi que son destin « reflétait celui de tout le pays et de plusieurs époques du pays ». De façon comparable, l’hebdomadaire Koultoura a titré en 2012 : « Nikita Mikhalkov, miroir de l’évolution russe ». Malgré son caractère extra-ordinaire ou, peut-être, grâce à lui, ce clan familial agirait comme une sorte de révélateur de ce que la Russie traverse, et il permet donc de comprendre la Russie toute entière.

Détail
Thème
Histoire
Conférencier
Cécile VAISSIE
Prix
Gratuit pour les adhérents
Date de la session
16/11/2020 14h30
Lieu de la session
Maison des associations
Durée
01h30
Nombre de place
127