Biden et Téhéran : quelles relations à venir ?

Description

Le futur des relations entre Washington et Téhéran repose au premier chef sur deux sujets prioritaires : le dossier nucléaire et les négociations avec l’Arabie Saoudite et les autres monarchies du Golfe pour diminuer les tensions régionales. Pour en comprendre la portée, il convient d’en regarder le contexte.

L’avenir des relations entre Biden et l’Iran est donc tributaire non seulement des ‘grands dossiers’ (nucléaires, régionaux), mais d’autres enjeux qui pèsent sur la vision réciproque de ces deux acteurs. Or le trait principal de cette vision est son absence en dehors des ‘sujets qui fâchent’. Hormis les perspectives ouvertes ou pas en matière de relations économiques, Washington et Téhéran sont curieusement muets (ou pas intéressés) par une vraie politique bi et multilatérale. Or les sujets ne manquent pas : Afghanistan, lutte contre les djihadistes, Indo Pacifique, Caucase, Afrique. D’autant que la République Islamique  renforce considérablement ses relations (complexes) avec Pékin et Moscou (axes stratégiques ou coopération tactique ?), un défi à l’Amérique.

Sur cet avenir un autre facteur joue un rôle déterminant : les élections du mid-term (8 novembre 2022) qui verront le renouvellement partiel de la Chambre des Représentants et du Sénat. La signature d’un accord avec l’Iran figurait parmi les principales priorités du candidat Biden. Le risque d’un échec électoral, les pressions (alignées sur Israël) des républicains et des ‘durs’ au sein des démocrates freinent l’exécutif dans un rapprochement durable avec Téhéran. Le fait que des conservateurs ultras contrôlent politiquement l’Iran ne le favorise pas à court terme, mais la République Islamique sait faire preuve de pragmatisme quand nécessité fait loi.

Michel Makinsky, juriste, consultant, spécialiste sur l'Iran

Détail
Thème
Géopolitique
Conférencier
Michel MAKINSKY
Prix
Gratuit pour les adhérents
Date
16/03/2022 14h30
Lieu
Maison des associations
Durée
01h30
Nombre de place
250